Slide 1 - Chênois volley
BIENVENUE SUR LE SITE DU
CHENOIS VOLLEYBALL CLUB
Slide 2 - Chênois volley
BIENVENUE SUR LE SITE DU
CHENOIS VOLLEYBALL CLUB
Slide 3 - Chênois volley
BIENVENUE SUR LE SITE DU
CHENOIS VOLLEYBALL CLUB
Slide 4 - Chênois volley
BIENVENUE SUR LE SITE DU
CHENOIS VOLLEYBALL CLUB
Slide 5 - Chênois volley
BIENVENUE SUR LE SITE DU
CHENOIS VOLLEYBALL CLUB
Slide 5 - Chênois volley
BIENVENUE SUR LE SITE DU
CHENOIS VOLLEYBALL CLUB
Précédent
Suivant

«Je ne suis pas sûr d’être un expert, je suis d’abord un passionné.»

Marco Camperi, nouvel entraîneur du VBC Chênois Genève

 

Successeur de Ratio Pavlicevic, le technicien italien sera pour la première fois à la tête d’une équipe. Mais sa longue expérience d’assistant-coach parle pour lui.

Il a de l’expérience à revendre, des états de service remarquables et, pourtant, c’est un bleu! À 48 ans, Marco Camperi se glisse pour la première fois dans la peau d’entraîneur principal. Le volleyball, le Bergamasque le connaît sur le bout des doigts et, pourtant, autre paradoxe, il ne l’a pratiqué qu’en série C, à Crema, avant de se destiner très jeune au rôle d’assistant-coach. Une fonction qu’il a occupée durant plus de vingt ans auprès de prestigieux techniciens italiens et de très grands joueurs. «Ils m’ont tout appris, tout donné», dit-il avec infiniment de reconnaissance.

C’est lui, cet homme de l’ombre à l’apparence austère et au sourire pétillant – un expert, un analyste du jeu hors pair, disent les connaisseurs – que Chênois a choisi pour succéder à Ratko Pavlicevic, retourné en Serbie entraîner les filles d’Étoile Rouge Belgrade. C’est un pari, un tuyau soufflé par l’international Jovan Djokic, qui l’a côtoyé la saison passée à Milan.

«C’était le bon moment», estime l’intéressé. «Quand le club genevois m’a sollicité au printemps, je n’ai pas hésité très longtemps. J’ai consulté ma femme et j’ai dit oui. C’est un beau challenge», ajoute-t-il, lui qui affectionne le volley comme on aime le bon vin. Avec délectation. «Je ne suis pas sûr d’être un expert, je suis d’abord un passionné», nuance-t-il.